Revenir à la liste

Dimanche 27 janvier 2019, 17h30

Cellule n° 1


L’art comme moyen de résilience et de dénonciation des violences.
Forcée à l’exil après avoir été détenue prisonnière en Syrie où elle risquait quinze ans de détention, elle s’enfuit pour préserver sa liberté et sauver sa vie. Arrivée en Suisse, où elle obtient l’asile, elle réalise aujourd’hui le rêve d’une vie : celui de monter sur scène, rêve qu’elle n’a jamais pu concrétiser, à cause de traditions dans son pays.
Dans cellule n°1, la cellule qu’elle partageait avec douze autres femmes en Syrie en 2014, elle raconte ce qu’elle a vécu et entendu. Elle évoque également son arrivée en Suisse, son mari Adnan et surtout sa fille unique Angela, qu’elle n’a pas revue depuis trois ans. Elle s’appelle Amal Naser, Amal signifie « espoir » et Naser signifie « victoire ».
Aujourd’hui, Amal garde espoir en la victoire du peuple syrien sur l’obscurantisme et continue à croire en une paix possible.
 
Entrée libre, chapeau à la sortie.
 
Événement rattaché au Brunch « Rencontres et saveurs » sur le thème de la Syrie, atelier cuisine, fabrication de savon d’Alep, film (15min)

RESERVATION